accueil
Bonifacio et la région
Informations pratiques
Vie chrétienne
Les Sacrements
contacts
La Corse ne se met à genoux devant personne, sauf Dieu. accueil Bonifacio et la région présentation, les églises, cartes et vues aériennes • Informations pratiques programme hebdomadaire, contact et permanences • Vie chrétienne bulletin inter-paroissial programme des offices, fêtes et cérémonies • Les Sacrements la catéchèse contacts Secteur pastoral de Bonifacio Corse du Sud web : bonifacio.laparoisse.fr : bonifacio -at- laparoisse.fr 8 rue du Cardinal Zigliara, 20169 BONIFACIO tél. - fax : 04.95.73.01.33
programme hebdomadaire
20 - 27 Octobre 2013
Inscription catéchisme
faire un DON
notes - livre d'or
plan du site
mentions légales
• programme hebdomadaire • Bulletin Inter Paroissial 20 - 27 Octobre 2013 Inscription catéchisme photos chants religieux • faire un DON • - livre d'or • plan du site • mentions légales
plan du site Bonifacio et la Région Bonifacio : tableau des églises en ville Bonifacio : Saint Dominique Bonifacio : Saint François – le cimetière marin Bonifacio : la Sainte Trinité Bonifacio – Haute Ville : Sainte Croix Bonifacio – Haute Ville : l’Assomption de Marie Bonifacio – Haute Ville : Saint Jean Baptiste Bonifacio – Marine : Saint Roch Bonifacio – Marine : Saint Érasme Église de Pianottoli / Caldarello Église de Figari Église de Poggiale Église de Gianuccio Église de Monaccia d’Aulène Église d´Ogliastrello Chapelle Sainte Barbara à Pruno Église Saint Antoine de Tarrabucetta     (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; photo n° 1 ; photo n° 2 ; photo n° 3 ; photo n° 4 ; photo n° 5 ; photo n° 6 ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» plan du site » Bonifacio et la Région » Les églises : Bonifacio : tableau des églises en ville • Bonifacio : Saint Dominique • Bonifacio : Saint François – le cimetière marin • Bonifacio : la Sainte Trinité • Bonifacio – Haute Ville : Sainte Croix • Bonifacio – Haute Ville : l’Assomption de Marie • Bonifacio – Haute Ville : Saint Jean Baptiste • Bonifacio – Marine : Saint Roch • Bonifacio – Marine : Saint Érasme • Église de Pianottoli / Caldarello • Église de Figari • Église de Poggiale • Église de Gianuccio • Église de Monaccia d’Aulène • Église d´Ogliastrello • Chapelle Sainte Barbara à Pruno • Église Saint Antoine de Tarrabucetta Église de Monaccia d’Aulène Secteur pastoral de Bonifacio Église Saint Nicolas de Monaccia d’Aulène Fête patronale – Saint Nicolas : 6 décembre Saint Nicolas de Myre, évêque - Né à Patare en Lycie vers 270 de parents chrétiens : son père, Euphémius, était un homme riche, pieux et charitable ; sa mère, Anne, était la soeur de Nicolas l’Ancien, évêque de Myre. Nicolas fit présager dès l’enfance sa fidélité à la pratique du jeûne : les imagiers médiévaux ont reproduit sur nos vitraux le nourrisson repoussant d’un geste décidé le sein maternel. Nombreux sont les traits analogues qui ont rendu saint Nicolas si populaire. La peste ayant enlevé ses parents et l’ayant laissé jeune à la tête d'un riche héritage, Nicolas consacra sa fortune à de bonnes oeuvres. Un homme veuf de son voisinage ayant trois filles nubiles et, par suite de revers de fortune, ne pouvant leur assurer une honnête situation, résolut de les prostituer ; Nicolas se fit à leur égard l'instrument de la Providence en leur procurant une riche dotation. On dit que son oncle l’ordonna prêtre et le fit supérieur du monastère de Sainte-Sion, près de Myre. Un trouvère du XII° siècle a narré dans un de ses poèmes l'histoire de « trois clercs allant à l'école », mis à mort par un boucher à qui ils avaient demandé l'hospitalité, puis ressuscités par le saint évêque de Myre. La légende des « trois petits enfants qui s'en allaient glaner aux champs » s'ancra profondément dans la croyance populaire : représentée et chantée en Occident elle contribua a l'extension du culte rendu à saint Nicolas. Il faut en dire autant du miracle de la tempête apaisée par l'intercession de saint Nicolas. Vers 1087, comme la ville de Myre était au pouvoir des Turcs, des marchands de Bari furent assez heureux pour enlever les saintes reliques et les apportèrent dans leur ville où une église magnifique fut construite en l'honneur de saint Nicolas. La tempête apaisée explique que saint Nicolas soit réclamé par les marins, les bateliers, les pécheurs, les voyageurs et les pèlerins. Les mal jugés se souviennent qu'il a obtenu de Constantin la grâce de trois officiers condamnés sur de faux témoignages. Pour les tonneliers, c’est saint Nicolas qui fit sortir vivants d'un tonneau ou d'un cuvier les trois enfants mis à mort par un cruel boucher. Les écoliers et écolières sont des protégés de prédilection : s'ils se conduisent bien, s'ils sont obéissants et studieux, saint Nicolas, le 5 décembre, veille de sa fête, remplit leurs souliers ou leurs bas de friandises ; mais s'ils sont paresseux ou indociles, il leur apporte un martinet. En Alsace, le 5 décembre au soir, les petits garçons se réunissent et parcourent les rues du village avec une clochette qu'ils agitent, puis ils crient : « Les petits enfants sont-ils couchés ? Saint-Nicolas va passer ! » Avant de se coucher les enfants ne manquent pas de placer dans la cheminée un sabot pour recevoir le cadeau de saint Nicolas. En Angleterre, les enfants de choeur avaient saint Nicolas pour patron : le 6 décembre, ceux des cathédrales et des collégiales élisaient l'un d'entre eux pour évêque : ce devait être le plus sage, le plus pieux, le plus zélé ; durant un mois, jusqu’au jour des Rois, des honneurs lui étaient rendus. La dotation des filles de son pauvre voisin fait de saint Nicolas le protecteur des filles à marier. voir la page Contacts et permanence